Le chien des boches

Claude Quétel se souvient, dans ce récit à la fois souriant et nostalgique, du petit garçon qu’il fut à la fin de l’Occupation. C’est avec la précision et l’espièglerie de son jeune âge qu’il dépeint le « paysage de guerre » qu’est devenu son village : les « boches », les Résistants et bientôt les Alliés qui déferlent sur plages les normandes lors de l’inoubliable Jour J.
Version enfantine du Mon village à l’heure allemande de Jean-Louis Bory, touchante évocation d’une Normandie âpre et modeste, ce récit est aussi celui d’une mémoire de la France qui se réveille après l’Occupation, raconté par un grand historien.

Info sur l’auteur:

L’historien français Claude Quétel est né le 30 décembre 1939 à Bernières-sur-Mer. Instituteur dans la Manche et le Calvados, il devient professeur d’Histoire avant de réussir le concours d’entrée au CNRS. Il se spécialise dans l’histoire de la psychiatrie, la psycho-histoire et la recherche iconographique.
Directeur scientifique du Mémorial de Caen de 1992 à 2005, il est commissaire du Centre national du Livre et collabore régulièrement à la revue « Historia ».
Il est l’auteur de très nombreux ouvrages chez les plus grands éditeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires